• Défi de Lairdepi

       Ker Stears , le château miraculé.


    L'image a de quoi surprendre dans une ville rasée par les bombes américaines mais Ker Stears a traversé le temps sans encombre. Ce château néogothique, directement inspiré de Walter Scott, est construit autour de 1882 sur une falaise dominant la Rade du Forestou Izella à Brest. Lorsque John Burnett-Stears, créateur de l'usine à gaz voisine et son épouse Béatrice de Kérédern de Trobriand (née à New York) décident de construire ce château, ils veulent donner un cadre de circonstance à leur fortune et au tissu social qu'ils entretiennent dans la bonne société.

     

    Le domaine disposait de nombreuses dépendances et de communs, d’un parc et de jardins qui s’étendaient jusqu’au plateau du Forestou. Les travaux du chemin de fer exigèrent une saignée, longue et profonde, qui divisa la propriété en deux. Un pont étroit séparait désormais le château, isolé sur son éperon, de ses dépendances sur le plateau et de ses bois dans le vallon.

     

    La fortune, le goût d’un passé lointain, l’orgueil du maître et la qualité des pierres taillées, tout ce que l’on retouve au château de Keriolet près de Concarneau ou au château de  Trévarez près de Châteauneuf-du-Faou, font de ce château une demeure sans égal à Brest.

     

    En 1900, Béatrice de Kérédern de Trobriand épouse en secondes noces le comte Olivier de Rodellec du Portzic. Elle a 50 ans, lui 25. La comtesse partage alors sa vie entre Paris et Brest. En 1906, le château est le théâtre de l’affaire du diamant bleu, mystérieuse affaire Brestoise qui fera le tour du monde, donnant un éclat particulier à Ker Stears. Un soir, alors qu'elle vient de jouer au piano devant ses invités, la comtesse omet de récupérer les bagues qu'elle a posées près de l'instrument. Le lendemain matin, son diamant bleu ayant coûté la somme astronomique de 50.000F or manque à l'appel. Les recherches ne donnent rien. Il est fait appel au commissaire de police local pour inspecter les bagages des hôtes de Ker Stears. Stupeur ! Le bijou est retrouvé dans le nécessaire de toilette d'un invité, parfaitement dissimulé dans sa poudre à dentifrice !

     

    Le conseiller d'État du gouvernement russe mis en cause nie tout en bloc. L'auteur présumé explique que quelqu'un a posé le bijou dans ses affaires pour lui porter préjudice. Il accuse Olivier de Rodellec en personne évoquant  une vengeance du maître des lieux qui aurait eu vent des conseils prodigués à sa femme. Durant son séjour, le diplomate aurait conseillé à la comtesse de se séparer de son époux ! Finalement, les Rodellec retirent leur plainte quelques semaines plus tard. Mais l'issue judiciaire ne satisfait pas le diplomate qui provoque en duel son rival. L'affrontement d'honneur, réalisé dans les règles de l'art, se solde par quelques coups de bâton inoffensifs au bois de Boulogne... Maurice Le Blanc utilisera le scénario pour son deuxième ouvrage du genre, «Arsène Lupin contre Herlock Sholmès». Des films et bien d'autres romans s'inspireront de l'intrigue, reprise jusque dans les quotidiens new-yorkais de l'époque.

     

    Plaisante mais à vérifier, une autre anecdote lue sur un blog Brestois : « Le secret du château de Ker Stears : Très généreux, John Burnett-Stears  offrait des fêtes somptueuses et les invités qui avaient le privilège de dormir sur place se voyaient devant un choix cornélien : 3 robinets sur le lavabo, lequel choisir ? Eau chaude et eau froide, vous l'aurez deviné, mais point d'eau tiède dans le troisième. Les initiés nous disent que ce fameux robinet débite un excellent whisky ! L'histoire se raconte à Brest même et alentours, de générations en générations. Aujourd'hui, seuls les plombiers la colportent encore... »

    Cette demeure a accueillit les Américains en 1917, lors du premier conflit mondial mais fut aussi occupée par les officiers allemands en 1940. En 1946, le château fut vendu à la Congrégation des sœurs de la retraite d'Angers, qui y ouvrirent une Institution de jeunes filles, En 1947, les religieuses en font un établissement scolaire : le cours Fénelon, la Retraite. Rarement accessible, le château a été ouvert au public lors des journées du patrimoine en septembre 2009. Personnellement, j’ai profité de la journée portes ouvertes des lycées Brestois, de samedi dernier, pour m’y faufiler et découvrir les lieux pour la première fois…

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 27 Février 2011 à 16:43

    voilà un très beau chateau qui mérite un détour 

    et de très belles photos pour nous le montrer

    bravos

    2
    Lundi 28 Février 2011 à 16:08

    Trés jolies photos . Amitiés .

    3
    passioncréa
    Mardi 1er Mars 2011 à 12:14

    Je ne connaissais pas cette mésaventure au sujet du diamant bleu malgrè quelle est fait le tour du monde

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 5 Mars 2011 à 14:14

    Waouh....Alors là je tombe de haut !!! tu as réussi a rentrer et je suis jalouse mon grand

    Je ne connaissais pas l'histoire des robinets Merci beaucoup lairdepi

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :